CEVIPOL

Publications > Livres publiés


Nouvel ouvrage dirigé par Min Reuchamps, Emilie van Haute, Jérémy Dodeigne, Audrey Vandeleene, Benjamin Biard et Jean Faniel.

Cet ouvrage marque le 20 ème anniversaire de l'Association belge francophone de science politique. Il offre un regard rétrospectif et prospectif sur la science politique en Belgique francophone et ses contributions en matière d'enseignement, de recherche, et de service à la société.

On y retrouve des contributions de multiples chercheur.e.s du Département et de l'ULB: Amandine Crespy, Ludivine Damay, Eric Fabri, Corinne Gobin, Bérengère Marques-Pereira, David Paternotte, Jean-Benoit Pilet, Andrea Rea, Marie-Catherine Wavreille

What happens when the European Union sets new rules for the provision of cross-border healthcare services that once were conceived for the population living on the national territory? Does Europe destabilize national social solidarity? Do actors that govern the healthcare system further or resist the Europeanization of their national healthcare system?

Taking Austria, a prototypical Bismarckian healthcare system, as an example, this book aims at answering these questions by looking at how actors navigate between national institutional constraints and European opportunities. It presents how new rules on the provision of cross-border healthcare in the European Union have the potential of destabilizing national welfare boundaries.
Taking a sociological approach to Europeanization, it is analysed if and how actors adapt to such new rules.
Tho
An added value of the volume is to present the development of Austria's healthcare system in the "longue durée" through four political regime changes over the last 150 years, with European integration as the last wave of transformation to date. It shows that cross-border healthcare provision is already a well integrated practice; and how providers and payers of healthcare deal with European requirements and voice their policy preferences in the Brussels arena. Overall, it suggests both the flexibility and the resilience of the national models of welfare.

Qu’est-ce qu’être supporter ? Quels sont les ressorts de l’engouement, tantôt folklorique, tantôt fanatique, pour une équipe de football ? Les supporters constituent-ils une population à part ? Sont-ils, à l’inverse, des miroirs grossissants ou déformants de nos sociétés ?

L’analyse des supporters dans le football permet de mieux saisir des enjeux de société souvent masqués derrière les aspects sportifs et financiers, comme la politisation des passions sportives, les constructions identitaires, les processus d’intégration sociale ou encore le rapport à la violence.

Plusieurs travaux ont été réalisés sur ces questions, mais ils n’envisagent le supportérisme qu’au niveau des clubs de football. Les comportements des supporters (ou groupes de supporters) des équipes nationales, pourtant riches d’enseignements, n’ont encore jamais fait l’objet d’une analyse académique substantielle.

En 1846, l’un des plus anciens partis en Europe voyait le jour : le parti libéral belge. Le mr et l’Open vld ont donc commémoré, en 2016, le cent soixante-dixième anniversaire de sa naissance.

Paradoxalement pourtant, la trajectoire et les mutations du libéralisme politique belge n’ont pas bénéficié à ce jour de toute l’attention voulue.

L’ambition de cet ouvrage est de répondre à cette carence en privilégiant cinq thématiques : l’histoire du parti, l’évolution de son modèle organisationnel, les transformations idéologiques et programmatiques, sa géographie et sa sociologie électorales, ses perspectives d’avenir.

L’intérêt du sujet est d’autant plus évident que l’Open vld et, plus encore, le mr sont engagés depuis octobre 2014 dans une expérience gouvernementale inédite et qui pose nombre de questions : le Mouvement réformateur est en effet le seul parti francophone de la majorité fédérale. Qui plus est, être l’un des plus anciens partis européens mérite à l’évidence le respect et une analyse approfondie.

Regionalist parties matter. Over the past 40 years, they have played an ever-larger role in West European democracies. Because of their relevance and temporal persistence, their achievements have increasingly become visible not only in electoral arena, but also as regards holding office and policy-making. Enhancing our understanding of these different dimensions of success, this book analyses various types of regionalist party success. Beyond conventional perspectives, the focus of this book is also on how the dimensions of success are related to each other, and in particular to what extent electoral and office success – jointly or alternatively – contribute to policy success. Adopting a common theoretical framework and combining the in-depth knowledge of country experts, each chapter explores the evolution and impact of regionalist parties in regional or federal states, that is the UK, Germany, Italy, Spain, Belgium, and Switzerland. This allows for a comprehensive and comparative analysis of one of the main political challenges within West-European democracies.

Une initiation à la recherche en science politique à travers :
- des conseils pratiques pour mener à bien un travail de recherche
- une présentation pédagogique des méthodes de collecte et d’analyse des données
- des exemples concrets extraits de la littérature récente
- des tableaux de synthèse, des mises en situation et des définitions des termes clés

 

Pour apprendre à :
- élaborer une stratégie de recherche
- choisir et collecter les données pertinentes
- analyser et interpréter les résultats
- identifier les forces et les faiblesses de chaque méthode

« L'Amérique latine est le continent où les inégalités sont les plus criantes au monde. » Atlas de l'Amérique latine - Croissance, la fin d'un cycle

Plus de 120 cartes et infographies pour découvrir le visage social, économique et politique de l'Amérique latine en pleine turbulence.
. La fin d'un cycle de croissance : progrès économiques et sociaux menacés.
. Corruption et crises démocratiques : la désillusion après la gauche au pouvoir.
. Le tournant majeur à Cuba : la normalisation des relations internationales.

Cette synthèse unique a été entièrement mise à jour pour sa quatrième édition. Après la période de croissance et d'effervescence des années 2000, quels sont les atouts et les sources d'inquiétudes pour l'avenir de l'Amérique latine ?

Ces dernières années, les percées électorales et politiques de partis comme Syriza en Grèce, Podemos en Espagne ou encore Die Linke en Allemagne ont braqué les projecteurs sur le paysage de la gauche radicale en Europe. Ou plutôt des gauches radicales : des projets et des formations aux ambitions et aux profils très divers coexistent en effet dans ce spectre politique désormais très diversifié.

Il n’en a pourtant pas toujours été ainsi. Dans le dernier quart du XIXe siècle, la gauche radicale s’incarne pour l’essentiel dans la famille socialiste naissante ou dans le syndicalisme révolutionnaire. Après la première guerre mondiale et, surtout, après la révolution soviétique d’octobre 1917, la rupture dans le mouvement socialiste donne naissance au mouvement communiste, dont l’homogénéité politique est forte jusqu’au vingtième congrès du parti communiste soviétique et aux révélations du célèbre « rapport Khrouchtchev » (1956). Peu à peu, une certaine diversité s’installe dans les rangs communistes. Avant que cette famille politique en pleine mutation n’entame une descente aux enfers dans les années soixante-dix et quatre-vingt tandis que les sociétés européennes se transforment en profondeur.

Mais, alors qu’en novembre 1989, la chute du mur de Berlin avait semblé marquer la fin des espoirs révolutionnaires, des mouvements inattendus se produisent à la gauche de la gauche au cours des premières décennies du XXIe siècle, en parallèle avec la montée en puissance de la droite radicale et populiste.

Pour saisir l’ensemble de ces dynamiques, Pascal Delwit brosse une fresque impressionnante de l’histoire et des comportements des partis de la gauche radicale des débuts de l’industrialisation à nos jours. Il propose un schéma interprétatif des bouleversements de cette famille politique qui se répartit aujourd’hui en trois courants principaux.

This book explores the European welfare model, arguing that the rollout of European policies for welfare services has led to increased marketization. The author argues that the rise of profit-making in utilities, transport, child and health care is exacerbating rather than reducing inequalities among citizens, demonstrating how the marketization of European welfare has taken place over successive rounds of policymaking for European integration.

 

The emergence of green parties throughout Europe during the 1980s marked the arrival of a new form of political movement, challenging established models of party politics and putting new issues on the political agenda. Since their emer-gence, green parties in Europe have faced different destinies; in countries such as Germany, Belgium, Finland, France, and Italy, they have accumulated electoral successes, participated in governments, implemented policies and established themselves as part of the party system. In other countries, their political relevance remains very limited.After more than 30 years on the political scene, green parties have proven to be more than just a temporary phenomenon. They have lost their newness, faced success and failure, power and opposition, grassroots enthusiasm and internal conflicts. Green Parties in Europe includes individual case studies and a compara-tive perspective to bring together international specialists engaged in the study of green parties. It renews and expands our knowledge about the green party family in Europe.

Pages

Subscribe to Publications Récentes